Les doux éclats des douze blasons (un titre inutile vaut mieux que deux titres sans aura)

Est-ce par flemme ou par nécessité que je n’ai pas encore ouvert mes volets ? Trop de lumière tue la lune, désormais miroir, et la nuit sombre avec son astre. Mon blason n’a pas de sens s’il n’est que noir.
Je ne demande pas d’y voir une lune rouge sang ou un pentacle d’étoiles, je ne suis pas l’antre d’un loup-garou satanique. Je ne demande pas une lune brillante à aveugler la tête de Méduse, je ne suis pas un ancien Persée égaré ici. Je ne demande pas les agrégats floydiens veloutés du côté obscur de la lune, ou les prédications malades d’un Moon de Ferrer pensant pour moi. Je ne demande pas l’expulsion de Pierrot ou l’exclusivité des rêveries oua(rzaza)tées. Je cherche seulement la face visible, brillante d’une lueur chaude, juste assez claire pour accentuer le blanc d’autres yeux, juste assez faible pour qu’on y distingue, sur une surface que l’on dit morte et grêlée de cette variole météoritique, la Mer de la Tranquillité.
 
Que le temps passe ensuite, et que l’éclat grandisse, jusqu’à ce que je puisse traverser certaines nuits sans ce besoin impérieux de réciter une oppressante litanie de la peur, de parler de pierre et d’acier, de froid et de mort, et d’impossibilité de communiquer ou de laisser vivre. Qu’arrêter le sombre écroulement de mon environnement ne soit plus cette névrose opérant sans cesse un retour vers mon futur. Que ces billets soient seulement et véritablement de simples exercices de style, dont on puisse discuter la grandiloquente fatuité sans me planter le coeur sur une pique en criant. Hauts les coeurs, demain est un autre lendemain qui chante !!
 
N’oubliez pas alors d’emporter les déchets de votre pique-nique en sortant du cimetière. Ceux qui vont remonter de leur caveau ne veulent pas d’autres doux éclats, que les rayons folâtres accrochés à douze vitraux de catédrale.
 
Sur ce, ouvrez les persiennes, moi j’ouvre mes volets…

Publicités
Cet article a été publié dans Tentations de l'Erèbe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les doux éclats des douze blasons (un titre inutile vaut mieux que deux titres sans aura)

  1. Philippe dit :

    Bonjour, découvert par hasard, ton blog donne à lire. Et à sourire. Il est bien fait. En plus tu nous épargne les 136 photos de toi et autres narcissismes édifiants. Le coup de gueule contre G Carlier fait du bien….mais la télé rend fou et elle va le tuer très bientôt. Si tu veux venir me faire une visite, l\’entrée est gratuite le dimanche… 🙂

  2. Emeric dit :

    Merci pour ces appréciations 🙂 (par contre s\’il n\’y a pas trop de photos de moi, c\’est que j\’ai pas encore pu en mettre…ou en trouver une potable 😉 ) et je passerai à l\’occasion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s