Les sobres vies sont fantômes…

Accoudée à une barrière, noire de suie,
Branlante et pourrie,
Une silhouette salue à l’autre bout de la vie.

Dans le cadre mal précisé de ce rêve, de cette vision,
Dans cette prémonition,
Tout ressemble
A une rature sur un brouillon.

Une montagne floue, des maisons beiges,
Et un ciel gris de neige
Vieux, lourd buvard qui boit le temps,
Tombeau où la silhouette s’enfonce en saluant ;

C’est une scène sans yeux, sans paroles ni bruits, sans légende ; qui fait penser à un dernier Acte séparé de sa pièce. Et ce qui fige ce tableau froid, c’est le sentiment, pâle et muet, cliniquement mort, de l’instant qui suit la tragédie ; quand le rideau – si évidemment rouge – guillotine la scène finale, sans bruit et sans fureur, venu de gauche, venu de droite, et frangé d’or ironique, venu d’en haut.

Et l’ombre toujours salue, fuligineuse et pathétique, de cet autre bout de la vie, courbée comme un épi malade, une parabole d’astre égaré ; ses contours bavent comme une encre mouillée de pluie, tache que souffle sur une feuille jaunie un chœur de cent bouches aux haleines soufrées.
Aux yeux de braise.
Dans cette vision vague vaquent de tristes peurs, et des fièvres falotes, des chaleurs consumées, et des désirs timides qu’embrassent les ténèbres.
Ternes ténèbres aux yeux de jais, où se perdent nos questions : qu’êtes-vous donc ? Qu’emportez-vous ?
Et vous, vague ombre… qui êtes-vous ?
Es-tu heureuse au moins ? J’en doute…

L’ombre se retourne, l’ombre de fusain noir, et s’appuie sur sa canne. Canne frêle et tremblante, canne de foi livide, qui se courbe et se plie comme ce qu’elle soutient, et qui vers sa maison traverse en se hâtant – hâte de centenaire – un long jardin ridé.
Allée de cimetière.
Il n’y a pas d’âme ici, dans cette vision, et aux questions posées l’écho ne répond pas.

C’est sans doute,
Sans l’ombre
d’un doute,
A l’autre bout de la vie,
Ainsi que l’on finit.

Publicités
Cet article a été publié dans Tentations de l'Erèbe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s