Fenêtre 192 ~ 7ème carreau

Un courant d’oiseaux portés par l’aplomb relatif des murs
Becs qui fouillent le sol
Cris sirupeux qui épousent la courbe des échos de vallée
Et coulent sans hâte, rebondissant au ralenti sur les
parcelles
Affectant l’immobilité, quelques insectes contrefaits
L’éclat bref de la lumière contre le métal au travail
Un jour de calme habité de fourmillements
Un jour plus étrange que le silence
Un soleil moins en biais qu’à son habitude
Une pièce a été déplacée – ou changée
C’est l’équilibre qui se replace et perturbe brièvement
le cœur.

Publicités
Cet article a été publié dans Chants de Séléné. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s