Fenêtre 192 ~ 10ème carreau

Le cadre drapé à double verre
Applique en couches jaunes
Sur quelques passants transis
Le pieu mensonge de sa tiédeur ;
Mais au-delà, pour qui regarde,
De ce seuil de coulisses
Impossible de saisir quels fantômes
Se couvrent de ce drap
Que le sommeil dédaigne ;
Et l’on ferme, pour apprivoiser
Ce qui à tout oeil ne se destine,
L’on ferme tant de perspectives
Que l’on se sait soudain certain
De se retrouver au bout, au bout lointain,
D’une seule et même ligne de fuite.

Publicités
Cet article a été publié dans Chants de Séléné. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s