Miroir Fukushima

Plus j’y pense, et plus le cœur d’un amoureux contrarié me fait penser à ce qui se passe là-bas,
A Fukushima.

Il chauffe
Il fond
Il vaporise, il vous fait exploser
On branche le circuit de secours du cerveau dessus
Mais la puissance est trop faible
On le noie d’eau salée
Il repart, peine perdue
Quelques amis dépassés
Donnent ce qu’ils ont pour l’apaiser

Et
Même si on évite la catastrophe,
On n’en sort pas indemne.

Ce n’est pas de l’égocentrisme
Pas de l’indécence si tu sais quand : parfois
C’est comme s’il était là-bas
A Fukushima.

Tu n’as jamais
Ressenti ça ?

Publicités
Cet article a été publié dans Au fil du jour. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s