Des aires

A l’heure des cils baissés
Tu me couds dans l’épaisseur du silence
Avec du fil d’Ariane.
En le suivant pour sortir je défais les sutures
Un peu de faim s’écoule entre mes dents
Tu sens ?
Ce goût de peau tiède quand tu te vêts de sommeil…

Au matin j’aurai repris ma forme, celle où
Dans mes sourires mes lèvres masquent mes dents.
C’est comme ça, tout est satisfait
Quand tu relèves le jour tombé…
Sous le soleil pourtant cette étrange allergie
Boit au creux de mes soifs :
Un peu de mie du temps avalée de travers.

 

[mr:;k] 2011.02

Publicités
Cet article a été publié dans Verso. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Des aires

  1. Le Posteur Masqué dit :

    On s’y retrouve et quelque-part … ça réchauffe (quelque-part).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s