Windscreens

De ce seuil de coulisses
Impossible de saisir quels fantômes
Se couvrent de ce drap
Dont se défait le sommeil ;
Et l’on ferme, pour apprivoiser
La transparence insupportable aux yeux,
L’on ferme tant de perspectives
Que l’on se sait soudain certain
De se retrouver au bout, au bout lointain
D’une seule et même ligne de fuite.

On peut parler de tout ça une autre fois,
Si tes rêves sont assez confortables
Pour endormir ma méfiance…

 

[mr:;k] 2010/2011.04

Publicités
Cet article a été publié dans Recto. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s