Acharnement

A la trace d’un pas, je reconnais l’exact
Contour de ses projets
A moi la porte dérobée
Le vol d’une issue
D’un secours

A toi le chant des scènes
– Déclamer la tendresse
Aux trente modes du tragique –
Aveugle abandon, main relâchée,
Maintes heures dans le noir égal
A décerner les lauriers des succès damnés

Vois, passant outre la fuite du ciel
Qu’il rattrape au carrefour des rayons et des ombres
Tel aigle aux grandes aires
Monter en crevant le faux-plafond des nuages.

[mr:;k] 2011.04

Publicités
Cet article a été publié dans Recto. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s