Mardi soir sur la Terre

Dormir avec un allant de lune
En soufflant les reflets d’argent
Où l’or se passe une corde au cou

Reprendre le cours du sommeil
Après avoir glissé dans le lit d’une tombe
Le chêne creux de ta beauté

Mettre les voiles au linge d’hiver
Et revêtir l’écorce souple des vergers
Sous la carène encore, ta chair est vide

Au diapason d’une autre note
Je me vante d’affronter les Tarasques
Où se dévore ta mélodie

Vivre sans toit
Hors des chemins qui m’ont battu
Roues voilées quittant les ornières

Adieu donc et à bientôt
Dessus
Dessous
Ou dans la poussière.

[mr:;k] 2011.05

Publicités
Cet article a été publié dans Recto. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s