A long night ago

(Pensé à bouche fermée)

Nous te regardions grandir et nous procurer
De l’ombre
Tu étais si entière
Sous le fard des pollens
Et les blessures qui dans le miel n’en semblaient pas
Nous enviions ta foi en l’instinct
Tes doigts qui dépliaient le ciel, chaque matin
Pendant que nous nous drapions dans ton sourire
Qui sentait si bon…

[mr:;k] 2011.08

Publicités
Cet article a été publié dans Recto. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s