Pour qui fut la Clé

Du bout des lèvres éclore, et sortir au clair du corps, peut-être te demanderas-tu pourquoi l’on se rencontre. Chacun avec son voile d’humidité, un salut au bord des yeux, et la tentation banale de voler d’un regard l’ombre au creux de la nuque.
Tendu au milieu des arbres, comme si tes ordres partaient sommeiller dans les cernes du bois, ou devant l’eau pour qu’elle se courbe à l’horizon, vieille rengaine, petit parfum, ta peau qui se referme blanche.
Crieur de fables, ta main dans les entrailles d’un conte à chercher la fin ; le dernier mot est quelque part, là dans l’imprévisible épaisseur du dire, du faire et du croire, dont on se charge et puis se couvre, qui te recouvre à l’au-revoir.
Dans l’attente tu n’as pas de regrets, à ranger ce nom dans l’hiver.

[mr:;k] 2012.05

Publicités
Cet article a été publié dans Recto. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s