Carreau 14

Comment préférais-tu
Codifier tes romances ?
En conques de sommeil
Plongées en criques tièdes ?
En paravents de tôle
Passementés de rouille ?
En minutes volées
Au notaire horloger ?
En quelles coulées d’encre
Sur quel marbre d’église ?
Du vermillon sur l’horizon,
Tandis que tu profites
De ton abri de songes…
Et tu enjolivais :
En étais-tu fort aise ?
Et bien, ganse maintenant,
Par tout ce velours qui se prend au métal,
Se déchire et te laisse
Surexposé.

[mr:;k] 2012.12

Publicités
Cet article a été publié dans Verso. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s